Adrien Boyer est photographe. Il a été nominé par le Prix HSBC pour la Photographie et il habite notre quartier

Adrien Boyer est photographe. Il a été nominé par le prestigieux Prix HSBC pour la Photographie. Adrien Boyer est un talent du quartier Silly, Gallieni et le quai. Nous l’avons fait réagir suite à cette nomination.

Comment devient-on photographe ?

En contemplant le spectacle du monde et en aimant cela. Il y a une part de passivité dans la photographie, il faut se laisser impressionner par la réalité qui défile incessamment devant ses yeux. Je n’ai pas fait d’école de photo et jamais je n’aurai imaginé devenir photographe, mais aussi loin que je me souvienne j’ai toujours aimé prendre des photos, même sans appareil. Juste en me disant, ce que je vois là, « ici et maintenant », c’est parfait.

Votre talent a été reconnu par la fondation HSBC, qu’est ce que cela représente pour vous ?

Être nominé pour le prix HSBC qui est l’un des plus prestigieux de France, constitue pour moi une première reconnaissance de la part du monde très pointu de la photographie. J’en ressens une très grande fierté. D’autant que la directrice artistique du prix cette année n’est autre que Diane Dufour, présidente du Bal, et grande spécialiste de Lewis Baltz, ce photographe américain que je considère comme mon maitre. Mais c’est surtout un encouragement fabuleux à continuer. J’espère que cela va m’aider à concrétiser mes ambitions et mes rêves.

Vous habitez le quartier Silly-Gallieni, Pouvez-vous décrire avec l’œil du photographe ?

J’aime ce quartier pour son coté brut de décoffrage, sans fioriture. C’est un véritable terrain d’entrainement pour mon œil qui se laisse chaque jour surprendre par les bizarreries, les arrière cours inattendues et les étranges juxtapositions d’architectures. On y ressent encore l’ambiance industrieuse, tant dans les grands ensembles (comme les studios de Boulogne, la rue Billancourt ou les quais) que dans les petites maisons de briques rouges à la simplicité rafraichissante.

Quand vous levez le matin, quel mantra vous donne la pêche ?

« Un tas de gravât déversé au hasard, le plus bel ordre du monde » disait Héraclite.
Chaque matin, je me dis : « allons voir ce tas de gravât»

Photos d’Adrien Boyer, nominé par le Prix HSBC pour la Photographie. Toutes ces photos sur le site Adrien Boyer

Photo @Adrien Boyer

Photo @Adrien Boyer

photo adrien boyer

photo adrien boyer 3

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *