La ruche qui dit oui! : une ruche est en construction quai Alphonse le Gallo

La ruche qui dit oui! quai Alphonse le Gallo

La ruche qui dit oui! quai Alphonse le Gallo

Une ruche du réseau La ruche qui dit oui! est en cours de construction dans le quartier de Silly-Gallieni, sur les berges de Seine, face au 36 quai Alphonse Le Gallo. C’est la première ruche à s’installer dans Boulogne sud. Le point sur cette initiative qui nous a été révélée par une habitante du quartier.

La ruche qui dit oui! : 5 infos pour comprendre le fonctionnement

La ruche qui dit oui! est un réseau de communautés d’achat direct aux producteurs locaux qui met en avant le principe de gastronomie locale, de circuit court et de consommation collaborative.
– Ce que l’on peut y acheter : fruits, légumes, pain, fromage, viande, bière…
La Ruche qui dit oui!,  est un outil web mettant en relation producteurs locaux et consommateurs afin de profiter d’une alimentation de qualité tout en soutenant l’agriculture fermière.
– Le responsable de la Ruche contacte les producteurs dans un rayon de 250 km, et recrute les membres, qui souhaitent acheter des produits locaux.
– Une ruche peut ouvrir et prendre ses premières commandes à partir de 50 membres.
– Les consommateurs ont 6 jours pour passer commande sans aucune obligation.

La ruche qui dit oui! : comment participer à celle du quai Alphonse le Gallo

La ruche est en construction. Pour la rejoindre, il faut se rendre sur le site internet La ruche qui dit oui!. Un forum permet également de poser des questions. A ce jour, il est indiqué que la ruche cherche des producteurs dans la région. Les membres inscrits peuvent aider la responsable, Anne-Claire Boyer, dans cette démarche. Si la ruche souhaite nous donner des informations complémentaires, elle peut contacter Silly, Gallieni et le quai.

Pour suivre La ruche qui dit oui! sur instagram, et sur twitter

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Des réflexions au sujet de « La ruche qui dit oui! : une ruche est en construction quai Alphonse le Gallo »

  1. En même temps, si on parle de vente directe la RQDO reste pour l’instant un vente avec deux intermédiaires. La personne qui s’en occupe en local (normal) et qui prend 10 % de marge (normal) et l’entreprise parisienne qui prend aussi 10 % pour que vous puisiez acheter au producteur à côté de chez vous.
    Pour avoir discuté avec quelques producteurs qui travaillent avec le RQDO, ils apprécient la démarche globale mais ne sont pas obligatoirement ravis de devoir baisser leur marge de 20 %.
    Il y a 6 ans, nous nous sommes pris par la main à plusieurs familles (une dizaine) et avons démarché des producteurs bio locaux.
    Avec de simples tableaux en lignes (GoogleDrive ou Framacalc) cela fonctionne depuis 6ans, nous sommes maintenant une centaine de familles et travaillons avec une trentaine de producteurs.
    Mais c’est sûr, il faut se sortir un peu les doigts (en plus du boulot et de la vie à côté).
    Si certains sont intéressés, je peux fournir des exemples de tableaux qui permettent de mettre en place ce type de groupement d’achat.
    Et nous sommes loin d’être les seuls en France à faire ces démarche, rechercher groupement d’achat local sur Internet, nous sommes nombreux en France.

    Fins aviat comme on dit chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *